Saigon sandwich

Petit clin d’œil à notre ancien repère de Banh Mi à Paris pour ce nouveau reportage photo Food !

C’est donc à l’ancienne Saigon que nous avons goûté pour la première fois à de la « vraie » nourriture vietnamienne. En tant que grande aficionado de cette cuisine, c’est avec une grande impatience et curiosité que je me suis plongée dans les plats et snacks parfumés de la ville! Un weekend, c’est court… nous n’avons donc bien évidemment pas pu goûter à tout ce qu’on voulait, mais avons fait notre maximum.

Nous avons commencé par le traditionnel phô. J’avais repéré pas mal d’adresses de restaurants de phô réputés, tous Pho Hoamalheureusement difficilement accessible à pied. Nous avons donc testé celui du « Pho Hoa », un peu moins bien noté mais assez populaire malgré tout au vu du nombre de personnes (recommandé notamment par le LP). Version poulet pour Olivier (ça semble être une des spécialités ici), et tendons pour moi. Bouillons parfumés, nouilles qui glissent dans la bouche et plein de bonnes herbes pour accompagner ça !

Autre spécialité que nous avons pu manger, le banh xeo, une sorte de crêpe pliée en deux et garnie de porc, crevettes, graines et pousses de soja, que l’on mange enroulé dans des feuilles de salade, avec basilic et feuilles de menthe, le tout trempé dans du nuoc-mâm.  La crêpe était ici bien croustillante, et n’avait pas la même consistance type « omelette » que l’on trouve parfois dans les restos à Paris (qui serait une version régionale de Hue).

Au détour d’une rue, nous sommes tombés sur une sorte de boulangerie devant laquelle une mini queue s’était formée. Attirée par l’odeur et les gens, un coup d’œil à la vitrine m’a entraînée vers les  pâtés chauds (sorte de friands à la viande asiatiques). Bien m’en a fait, car sans exagérer, j’ai mangé là LE meilleur pâté chaud de toute ma vie ! une pâte feuilletée au bon goût de beurre, une farce bien parfumée…  mon seul regret : l’avoir englouti en deux temps trois mouvements et avoir oublié de le prendre en photo !

Nous avons également voulu tester de la cuisine vietnamienne contemporaine, et sommes donc allés dîner au restaurant Hoa Tuc (un des rares qui étaient encore ouverts passés 21h), plein d’expatriés et de touristes (français notamment !). Un restaurant classe et moderne, proposant des plats traditionnels revisités, ou des plats plus « occidentaux » cuisinés avec des ingrédients locaux. Bref, un bon dîner dans un cadre bien sympathique, dans une petite cour cachée, faisant oublier le chaos de la ville.

Il me fallait bien évidemment goûter au fameux café vietnamien, cà phê sữa đá : un café glacé avec du lait concentré sucré (depuis que je vis en Asie, je comprends enfin pourquoi mon oncle me demande tout le temps du lait concentré sucré avec son café !). La culture hipster ayant fait des siennes jusqu’ici, c’est donc dans un des nombreux cafés hypes de la ville qu’on a fait un premier arrêt (j’avoue, le lieu était top).  J’en ai également profité pour goûter un des cupcakes de « Sweet + Sour » que j’avais repéré avant de venir. Malheureusement, le café n’ayant pas été servi de façon « traditionnel », j’ai donc été « obligée » de retenter l’expérience 😉

Et pour finir, bien sûr le banh mi, sandwich vietnamien, que nous avons pu tester à deux reprises. Nous avons été agréablement surpris par la qualité du pain, comparable à ce qu’on peut trouver en France (pour un banh mi j’entends… loin de moi l’idée de comparer le pain à une vraie bonne tradition). Le premier au « Banh Mi 37 », était un petit sandwich assez simple, avec boulettes de viande et légumes marinés, mais très goûtu, les boulettes me rappelant justement la version du Saigon sandwich de Belleville. Le deuxième, au fameux « Lesbian Banh Mi » (de son vrai nom « Banh Mi Huynh Hoa ») était au contraire un empaquetage de plusieurs types de viandes, pâté, et légumes : une explosion de saveurs en bouche. Bref, deux très bons Banh Mi, mais pour la prochaine fois, il faudrait juste que j’apprenne à demander « sans piment » en vietnamien…

En bonus, même si nous n’y avons pas mangé, quelques photos du marché Ben Thanh, touristique certes, mais tout de même sympathique avec toutes ses échoppes de café, thé, fruits secs, fruits frais, etc.

Conclusion de notre première escapade au Vietnam : je m’étais toujours demandé si la cuisine vietnamienne qu’on connaissait était « authentique », ou si je n’allais pas être complètement prise au dépourvu lors de ma première visite au Vietnam… au final, j’ai retrouvé les goûts et saveurs que j’aime, et découvert qu’à Paris, nous avons de la bonne cuisine vietnamienne. Les bons restaurants peuvent tout à faire rivaliser avec ce qu’on a pu manger ici. Et ça, ça fait plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *